Accueil du site
Coordination marée noire



envoyer l'article par mail envoyer par mail  [où ?]   [imprimer cet article]    Article précédent    Article suivant

Pêche : la colère monte chez les membres d’une profession victime de difficultés en cascade

   Avis de grand frais sur la côte normande

info Coordination marée noire
mercredi 10 février 2010
statut de l'article : public
citations de l'article provenant de : Paris Normandie


Un coup de tabac. Un de plus pour la pêche à Fécamp, où les projets d’extension de la sarl Ecopromer, l’usine de traitement, de surgélation, de conditionnement et d’exportation des poissons pêchés par les deux chalutiers Spes et Symbiose, viennent d’être brutalement remis en cause par un arrêté préfectoral d’interdiction de la pêche de la sardine en baie de Seine (nos éditions d’hier).
« L’urgence aujourd’hui, est de sauver les emplois. Une vingtaine sur les chalutiers. Une trentaine dans l’usine. Mais ce ne sera pas forcément simple », lâche le patron, Yvon Neveu, qui a reçu « comme un coup de massue » l’annonce de cette mesure visant une zone localisée entre le méridien de Barfleur et celui de Dieppe. C’est-à-dire précisément là où ses deux unités de vingt-cinq mètres, allaient traquer la grosse sardine - appelée localement célan - dont ils ramenaient annuellement, précise-t-il, « 6000à 7000 tonnes ».
Cette interdiction, souligne le préfet de Région Rémi Caron, s’appuie sur les résultats de prélèvements réalisés par l’AFSSA (agence française de sécurité sanitaire des aliments) mettant en évidence, dans la chair des poissons, des concentrations excessives de PCB, ces redoutés polychlorobipényles utilisés jadis dans les transformateurs électriques qui pullulaient dans les zones industrielles, et qui ont pu être déversés accidentellement dans le fleuve.
Aujourd’hui encore, plus de trente ans après leur interdiction en 1979, les PCB sont encore présents dans les sédiments fluviaux et marins. Ils le seront encore longtemps sans doute : très stables et faiblement biodégradables, ils empoisonnent durablement le milieu.

...

Chute des cours de la coquille, réduction des quotas, alourdissement des cadres réglementaires… Les nuages s’accumulent sur le littoral normand, où la situation de la criée de Fécamp, au bord de la cessation de paiement, est révélatrice d’une conjoncture extrêmement dégradée et qui ne pourrait guère absorber de nouveaux coups durs. _ « Nous ressentons cette exaspération montante de la profession », concède le préfet. « C’est pourquoi nous nous efforçons de ne rien faire qui ajoute des difficultés aux difficultés ».

...




voir l'article complet -->>>

 

 


Locations of visitors to this page