Accueil du site
Coordination marée noire



envoyer l'article par mail envoyer par mail  [où ?]   [imprimer cet article]    Article précédent    Article suivant

   Marée noire : trois quarts du brut déversé dans le golfe du Mexique éliminés

info Coordination marée noire
mercredi 4 août 2010
statut de l'article : public
citations de l'article provenant de : Romandie News


Environ trois quarts du brut qui s’est déversé dans le golfe du Mexique depuis la rupture du puits de pétrole à l’origine de la marée noire ont déjà été éliminés, a annoncé mercredi une responsable du gouvernement américain.

"Les scientifiques nous disent qu’environ 25% (du pétrole) n’a pas été récupéré, ne s’est pas évaporé ou n’a pas été pris en charge par Mère nature", a déclaré sur ABC Carol Browner, chargée des questions énergétiques et environnementales à la Maison Blanche.

Le New York Times cite également les conclusions d’un rapport des autorités américaines, selon lequel 26% du pétrole déversé dans le golfe du Mexique se trouve encore dans l’océan, mais les scientifiques estiment qu’il se dispersera rapidement.

Les trois quarts restants se sont évaporés, ont été récupérés ou éliminés par d’autres moyens, selon le rapport cité par le quotidien.

"D’après ce que disent nos scientifiques, la grande majorité du pétrole a soit été nettoyée, soit été récupérée ou endiguée. Sur les côtes, il continuera à y avoir des boulettes, on continuera à voir des reflets" à la surface de l’eau, "mais cela devrait être beaucoup moins important que ce qu’on a vu au plus fort" de la marée noire, a expliqué Mme Browner.

"Nous allons nous assurer que ce sera nettoyé le plus rapidement possible", a-t-elle promis.

...

"Nous sommes proches de la fin en ce qui concerne le rebouchage du puits", s’est réjouie Carol Browner mercredi, ajoutant que "cela pourrait être fait en deux semaines".

Selon le New York Times, le risque qu’une importante fuite sous-marine apparaisse à certains endroits à la surface de l’océan, mettant en péril les zones côtières du Golfe, semble hautement improbable.

"Il n’y a absolument aucune preuve qu’il existe une concentration significative de brut se trouvant là-bas que nous n’aurions pas pris en compte", a affirmé Jane Lubchenco, à la tête de l’Agence océanique et atmosphérique américaine (NOAA).

...




voir l'article complet -->>>

 

 


Locations of visitors to this page