Accueil du site
Coordination marée noire



envoyer l'article par mail envoyer par mail  [où ?]   [imprimer cet article]    Article précédent    Article suivant

   La mer avance et la Camargue disparaît !

info Coordination marée noire
vendredi 3 septembre 2010
statut de l'article : public
citations de l'article provenant de : La Provence


Nous sommes aux marches de la Camargue, là où la mer ronge le royaume qu’elle avait cédé un moment aux hommes. Digue de Saint-Véran, entre le phare de Beauduc et celui de Faraman. La construction est "brèchée", la Méditerranée s’engouffre dans les terres, près des marais salants qui ne sont plus en activité. Ici, le rivage se redessine. Stéphane Maïlis, salinier, qui nous guide s’en désole. Le Conservatoire du Littoral observe. La centaine de mètres de digue emportée ne sera pas reconstituée.

Les Salins du Midi qui ont vendu 6000 hectares au Conservatoire et vont en céder 1500 supplémentaires n’investiront plus. L’heure est donc au "repli stratégique" dans certains secteurs. Une expérimentation à laquelle ne sont pas prêts les Camarguais qui s’accrochent à leurs terres. "Nous voulons savoir comment les matériaux arrachés là vont "engraisser" des plages, à l’ouest, vers les Saintes-Maries, selon les mouvements classiques des courants." On déshabille Beauduc pour habiller les Saintes et l’Espiguette. En fait, on accélère le mouvement.

Dans le vent qui rend fou, on observe le mouvement des vagues qui n’ont que faire des roches apportées par une noria de camions. Stéphane évoque des bandes entières de plages disparues dans ce domaine où les visiteurs sont rares. Terre de solitude qui prête aux débats philosophiques. "Faut-il vraiment tout protéger, se bunkeriser, s’interroge Didier Olivry, directeur du Parc régional de Camargue. Dans le centre des Saintes, on ne voit plus la mer. Les digues en dur, les "épis" ne sont plus des fortifications sûres, la mer les attaque. Alors, il faut jouer avec l’aléa, accepter que la Camargue puisse reculer."

...




voir l'article complet -->>>

 

 


Locations of visitors to this page