Accueil du site
Coordination marée noire



envoyer l'article par mail envoyer par mail  [où ?]   [imprimer cet article]       Article suivant

   Pêche irresponsable : Chassé du Chili, Le Lafayette se dirige vers la Mauritanie

info Coordination marée noire
lundi 8 novembre 2010
statut de l'article : public
citations de l'article provenant de : Le Quotidien de Nouakchott


Le Lafayette a une capacité de stockage de 10 000 tonnes de poisson. Aucun bateau au monde ne lui arrive à la cheville. Ce monstre, propriété de Pacific Andes International Holdings Limited, se dirige vers la Mauritanie.

La comparaison pourrait paraître presque ridicule, en effet l’Atlantic Dawn qui avait à l’époque défrayé la chronique pour son impact sur la ressource halieutique mauritaniennes, est une pirogue à coté du bateau le Lafayette de la société chinoises Pacific Andes International Holdings Limited. Le Lafayette a une capacité cinq fois plus importante que l’Atlantic Dawn. Eh bien, ce géant des mers se dirige actuellement vers les eaux mauritaniennes où il commencera son activité destructrice. Imaginez ! Le Lafayette a une capacité de stockage de 300 000 tonnes de poisson, soit deux fois la consommation annuelle de Hong Kong Capacité de congélation, 1500 tonnes/jours. Aucun bateau au monde ne lui arrive à la cheville.
Basée à Hong Kong, Pacifique Andes a étendu ses opérations de pêche en Mauritanie afin de puiser dans l’un des plus grands réservoirs ichtyologique du monde et ainsi accroître sa part de marché pour le poisson congelé.
Déjà bien établi en Amérique du sud où elle produit pour les marchés américain et européen l’anchois et le maquereau dans le Pacifique Sud au large du Pérou, Pacific Andes a commencé à cibler les petites espèces pélagiques comme le maquereau, la sardine et la sardinelle au large de la Mauritanie.
Suite à un accord en août dernier avec une société privée, Pacific Andes a déjà envoyé deux de ses chalutiers congélateurs de poulpe, qui étaient auparavant dans le Pacifique Sud, en Mauritanie, avec la possibilité d’augmenter le nombre de bateaux à cinq.
Pacific Andes envisage également d’augmenter sa flotte au large de la Mauritanie en envoyant davantage de bateaux pour alimenter son navire-usine, le Lafayette. Il faut souligner que le Lafayette n’a jamais travaillé dans aucun pays au monde sauf les quelques mois passés au Chili où sa présence a soulevé un tollé. En effet l’ASIPES(Association de Industriales Pesqueros AG) par le biais de ses dirigeants Rodrigo Sarquis et Luis Felipe Moncada avait engagé une action judiciaire contre le gouvernement chilien en raison de la menace qu’il fait peser sur les ressources halieutiques en autorisant le Lafayette à séjourner dans leur ZEE( Zone économique exclusive).
En Mauritanie d’autres navires capteurs en provenance d’Irlande et d’Ecosse vont eux aussi rejoindre la flotte autour du Lafayette pour maximiser le rendement. Il faut dire que la décision d’envoi de ce monstre flottant est intervenu après que le gouvernement mauritanien ait accepté d’autoriser le chalut bœuf pélagique sur une base d’essai de trois ans, afin de rendre selon les responsables du ministère, les eaux mauritanienne plus attrayantes (voir QDN du 5/7/10). Ainsi donc pour pallier le manque actuel de capacité de traitement à terre, les sociétés de pêche ont recours à ce genre de bateaux qui sont de véritables complexes industriels flottants.
La première phase avec deux capteurs de RSW irlandais travaillant avec le norvégien battant pavillon navire-usine Ocean Fresh a été très fructueuse, a déclaré le partenaire mauritanien Bellahi Brahin Vall qui est à l’origine de l’introduction de cette société sur le marché mauritanien.
Pacific Andes détient aujourd’hui une part de 15 pour cent du marché total du poisson importé de Chine.
Mais la question que l’on pourrait se poser est, quel intérêt pour la Mauritanie de voir sa ressource dilapidée sans retombées réelle pour son économie ? Il faut souligner que la Mauritanie est encore le seul Pays au monde à prendre en compte le TJB (Tonne Jauge brut) du navire pour lui accorder une licence de pêche au lieu d’appliquer comme dans tous les pays du monde une politique des quotas qui permet d’un coté de faire une gestion rigoureuse des stocks et de l’autre coté d’engranger le prix réel de la ressource capturée. Ainsi on vendrait une quantité pêchée au lieu d’un temps de pêche, et l’on n’aurait pas cette espèce de loterie à ciel ouvert. C’est la Mauritanie qui est toujours perdante
Il faut souligner que le LaFayette a coûté la bagatelle de 100 millions de dollars, et il a été mis en mer pour la première fois en Septembre 2010. Ce mastodonte réponds au concept du "bateau-mère", une usine de poissons flottante, il est présenté comme le plus grand du monde dans sa catégorie.
Conçu pour rester en mer toute l’année, il sera soutenu par cinq super-chalutiers et sept navires receveur qui pompent leurs captures en direct dans le Lafayette pour le traitement.
Le navire est en mesure de congeler 1.500 tonnes par jour, et les poissons seront ensuite transmis directement à leur destination.

Pacific Andes détient aujourd’hui une part de 15 pour cent du marché total du poisson importé de Chine et de l’aveu même de son directeur général, la Mauritanie est son seul espoir de garder sa position privilégiée sur le plan international et surtout d’augmenter considérablement les dividendes versés à ses actionnaires.

...




voir l'article complet -->>>

 

 


Locations of visitors to this page