Accueil du site
Coordination marée noire



envoyer l'article par mail envoyer par mail  [où ?]   [imprimer cet article]    Article précédent    Article suivant

   SeaFrance renaît de ses cendres, et va reprendre la mer cet été

info Coordination marée noire
mardi 12 juin 2012
statut de l'article : public
citations de l'article provenant de : La Voix du Nord


Les plus optimistes parlent du 14 juillet, les plus « raisonnables », dont Jacques Gounon, évoquent le 1er août pour une reprise du trafic. Ces derniers risquent d’être plus proches de la vérité. En effet, Eurotunnel pourrait n’entrer en jouissance des bateaux que dans trois semaines. Le Berlioz et le Rodin, les deux premiers navires à reprendre la mer, seront alors envoyés à Dunkerque pour un arrêt technique. Le Nord - Pas-de-Calais est quant à lui en mauvais état, et a même perdu son certificat de navigation. Uniquement dédié au fret, il pourrait reprendre en septembre, lorsque les trafics fret deviendront plus importants.

Les hommes forts de la SCOP.- Les membres fondateurs de la SCOP sont au nombre de quatorze, pour l’essentiel des anciens de la CFDT maritime Nord. Il s’agit de Didier Cappelle, Sébastien Coté, David Baré, Olivier Thomas, Arnaud Landy, Sébastien Landy, Bruno Landy (les trois hommes n’ont pas de lien de parenté), Philippe Morin de la Mare, Dominique Delgrange, Philippe Parisseaux, Éric Vercoutre, François Le Gall, Franck Vasseur et Stéphane Humetz.

D’autre part, les membres du conseil de surveillance de la SCOP (élus tous les trois ans) sont : Didier Cappelle, Philippe Parisseaux, Arnaud Landy, Sébastien Landy, Bruno Landy, Dominique Delgrange, Philippe Morin de la Mare et Olivier Thomas. Le président du directoire de la SCOP est Jean-Michel Giguet, ancien directeur général de Britanny Ferries.

SCOP, le mode d’emploi.- La société coopérative ouvrière compte pour le moment environ 850 souscriptions. Chaque adhérent a acheté au minimum deux actions à 50 E l’unité. Parmi ces 850 actionnaires, 500 sont candidats à une embauche au sein de la future société d’exploitation. Les salariés qui travailleront pour la SCOP devront verser 5 000 E issus de leur prime de licenciement. L’État abondera de 25 000 E par employé licencié dans le cadre du troisième plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), en janvier. Ces mesures financières exceptionnelles ne concerneront pas tous les 500 adhérents à la SCOP candidats à un emploi : parmi eux figurent des ex-SeaFrance remerciés dans le cadre des PSE 1 et 2, qui ne bénéficeront pas des 25 000 E de l’État.

Appelez-les toujours SeaFrance.- Les bateaux qui seront exploités par la SCOP le seront sous la marque... SeaFrance. Il y a quelques semaines, Jacques Gounon avait évoqué l’idée de revenir au nom de SeaLink. Mais le maintien de SeaFrance, outre qu’il sonne comme une douce revanche aux yeux des marins, aurait aussi des avantages commerciaux. « La marque a encore une très grande notoriété, et son image n’est pas écornée, surtout à l’étranger, note un marin.

...




voir l'article complet -->>>

 

 


Locations of visitors to this page