Accueil du site
Coordination marée noire



envoyer l'article par mail envoyer par mail  [où ?]   [imprimer cet article]    Article précédent    Article suivant

   Réponse d’un prud’homme pêcheur au WWF

info Coordination marée noire
lundi 26 novembre 2012
statut de l'article : public
citations de l'article provenant de : L’Encre de Mer


Suite au questionnaire adressé par le WWF aux pêcheurs, Didier Ranc, prud’homme pêcheur de La Seyne sur mer fait la réponse ci-après :

Madame la Présidente,

Votre brochure attire pour moi quelques remarques :

Je pense quelle s’adresse tout d’abord à la petite pêche côtière, (bateau de moins de 12 m, qui sortent quelques heures en mer par jour, et qui vendent le produit de leur pêche dès qu’ils sont à quai). C’est mon cas !

La petite pêche côtière pour vivre et maintenant pour survivre doit être tout ce qu’il y a de plus polyvalent.

A travers les mesures que la Commission Européenne a prise, à la demande du WWF et d’autres organisations écologiques, plus de 50% des engins de pêche utilisés par la petite pêche côtière de Méditerranée, depuis la nuit des temps, ont été interdits.

Quelques exemples :
- La thonaille et tous les autres filets maillant dérivants jusqu’à celui qui sert à pêcher des sardines (!)
- Les petits filets côtiers qui servaient à pêcher le thon ainsi que la mise hors normes de tous les filets de poste les rendant en partie inutilisables.
- Le passage avant la fin de l’année 2012 de la maille du GANGUIS à 40 mm au carré ou 50 mm étiré assimilant cet engin à un chalut, ce qui va entrainer la disparition de ce métier.

Il reste pour travailler aux petits pêcheurs les filets de fond (trémails), les palangres, et les casiers qui servent à exploiter les mêmes espèces sur les mêmes zones de pêche, en clair à surexploiter et à commercialiser le peu de ressource ciblée qui reste disponible dans la mer.

Le WWF avec d’autres ONG à, en outre, fait pression sur les GMS, pour boycotter certaines espèces comme le THON ROUGE faisant perdre principalement le bénéfice du circuit court de cette clientèle à la petite pêche côtière.

Le WWF veut maintenant promouvoir ce qui nous reste à pêcher en développant les circuit courts ?

Les petits métiers de Méditerranée n’ont pas attendu le WWF pour avoir depuis toujours occupé l’espace « circuit court ».

Faire la promotion, c’est une nouvelle fois organiser le pillage de ce qui reste autorisé à pêcher, hors quota, pour je vous cite : « goûter un monde meilleur ».

Si le WWF veut aider les petits pêcheurs à vivre décemment de leur métiers, il doit tout d’abord revoir sa position quant au QIT*, à l’aquaculture et à la pêche minotière.

Il doit aussi et surtout œuvrer pour rétablir la POLYVALENCE de la petite pêche dans son INTEGRALITE et promouvoir en particulier les espèces oubliées.

En ce qui concerne la valorisation du métier de petit pêcheur, et de pêcheur en général, il faut faire très vite, l’espèce est en voie de disparition, il reste bien encore quelques individus qui détiennent « le savoir faire », mais ils sont vieux et le temps est compté.

...

Cordialement,

Didier RANC, 1er prud’homme de pêche de La SEYNE sur/mer ST MANDRIER Adhérent à l’ONG pêche et développement et à Slow Food

...




voir l'article complet -->>>

 

 


Locations of visitors to this page