Accueil du site
Coordination marée noire



envoyer l'article par mail envoyer par mail  [où ?]   [imprimer cet article]    Article précédent    Article suivant

   90% des anchois péruviens destinés aux farines animales

L’Encre de Mer
lundi 10 décembre 2012
statut de l'article : public
citations de l'article provenant de : L’Encre de Mer


Les cochons en mangent certes plus que les humains : « l’anchoveta » du Pérou entre pour un tiers dans la fabrication des farines animales mondiales qui engraissent nos porcs et nos poissons d’aquaculture. Près de la moitié de la population péruvienne est pauvre mais elle se prive pourtant de cet apport protéiné, riche en oméga 3. Les Péruviens pensent que l’anchois n’est qu’un poisson propre à nourrir les cochons, et puis le nombre de jours de pêche a été réduit à 48 jours par an pour protéger cette ressource. Résultat : les principaux armateurs ont décuplé leur armement afin de maximiser leur pêche pendant ce « quota de jours » imparti, tandis que les petits pêcheurs se sont vus privés de leur ressource vivrière pour les 317 jours restants de l’année…

Professeur en biologie marine (university of Cambridge), Patrica Majluf, distinguée par les plus hautes reconnaissances existant en matière d’environnement (Charlotte Wyman award for Women in Conservation, Lindbergh award, Whitley Gold award, Guggenheim, Fellowship et Marlin perkins’ Conservation award), a démissionné en mai dernier de son poste de vice-ministre de la Pêche du gouvernement péruvien, en dénonçant la « corruption et les irrégularités ».

Fondatrice et directrice du Centre pour le Développement Durable – Centro para la Sostenibidad Ambiantal – CSA Universidad Peruana Cayetano Heredia, de Lima – elle s’est engagée pour la réappropriation, par les populations péruviennes les plus démunies, de cette source de protéines détournées au profit des multinationales. Une réappropriation qui va de pair avec la gestion de la ressource :

...




voir l'article complet -->>>

 

 


Locations of visitors to this page