Accueil du site
Coordination marée noire


envoyer l'article par mail envoyer par mail  [où ?]   [imprimer cet article]    Article précédent    Article suivant
Les galériens des temps modernes parlent

   Les damnés de la mer

  Noel Mamère,Daniel Cattelain, Edition n°1, 2000 - ISBN 2863919903

 

Philippins, Turcs, Indiens, Ukrainiens, Coréens ou Birmans : sur toutes les mers du globe, ils sont plusieurs centaines de milliers de marins embarqués sur des bateaux poubelles battant pavillon de complaisance. Rackettés, mal payés, maltraités, ils mènent une vie de cauchemar.

En 1999, plus de cinq cents d’ente eux sont morts dans des naufrages qui, pour la plupart du temps, sont passés inaperçus. Protégés par les zones de non droit des pavillons de complaisance, les employeurs paient parfois moins de deux mille francs par mois les marins recrutés en Grèce, au Ghana, aux Philippines ou dans un de ces ports où les candidats se pressent par milliers pour échapper à la misère. A bord de ces navires , les conditions de travail et de vie des marins sont inhumaines, les horaires de ces esclaves des mer hallucinants. Toute une chaîne de négriers, armateurs, marchands d’hommes, officiers les exploitent comme du bétail.
Des exemples ? les marins du Flag Servant travaillent douze heures par jours sans protections et sont intoxiqués par le ciment qu’ils transportent ; un capitaine enchaîne les hommes récalcitrants, un autre les menace d’un couteau ; le Respublica est si vétuste qu’on passe à travers la passerelle ; le Iron Antonis, pourri jusqu’à l’os, navigue sans agrément et coule - les vingt quatre hommes du bord sont portés disparus ; des maris philippins sont intoxiqués par la nourriture du du bord, détournée par le capitaine... Sur tous ces navires, les marins qui ont osés protester sont mis sur une liste noire et ne trouvent plus de travail.







Locations of visitors to this page