Accueil du site
Coordination marée noire



envoyer l'article par mail envoyer par mail  [où ?]   [imprimer cet article]    Article précédent    Article suivant

   Avaaz qui veut sauver la planète en 24h -c’est bien connu- s’en prend aux océans et aux mers…

Elisabeth Tempier
mardi 5 février 2013
statut de l'article : public
citations de l'article provenant de : L’Encre de Mer


La mer : un nouvel eldorado pour des intérêts privés ?

Avaaz et ses courageux signataires de la lettre circulant par voie de mail (Jamie, Alex, Lisa, Ari, Iain, Ricken, Maria Paz, Luis et toute l’équipe d’Avaaz*) sont-ils eux aussi financés par 5 grandes fondations américaines pour privatiser les mers et les océans de notre planète** ?

Parce que finalement qu’y a t-il dans cette réforme de la Politique Commune des Pêches ?

- Une proposition de privatiser les ressources marines (depuis toujours bien commun de l’humanité et bien collectif) par un outil de concentration qui transfèrera les droits de pêche des pêcheurs artisans à de grands armements et à des ONG environnementalistes chargées de les louer aux pêcheurs qui leur conviennent (à moins que ce ne soit à des pêcheurs de loisirs),

- L’obligation de ramener à terre les rejets (entendez les poissons qui sont « hors » quotas) pour des élevages aquacoles dont les poissons (généralement carnivores) consomment 3 à 5 fois leurs poids en poissons sauvages. Pour ma part, je préfère encore manger directement le poisson sauvage (sans pesticide, sans antibiotique, sans graisse peu digeste, sans qu’il contribue gravement à la pollution côtière, sans problème éthique avec pillage des pays du sud…)

- De plus en plus de réserves marines, de plus en plus grandes, imposées aux pêcheurs sans concertation, avec un rappel étrange du mythe de la nature vierge utilisé par l’idéologie nazie. Souvent ces réserves évincent les populations qui vivaient « sagement » de leurs ressources mais elles n’empêchent pas l’impact d’autres intérêts énergétiques, miniers, touristiques…

– L’obligation de suivre un rendement maximal par stock : soit une gestion modélisée par stock, totalement inapplicable aux écosystèmes littoraux riches en diversité, et fortement critiquée dans le cas très fréquent de stocks interdépendants.

- Zéro politique sociale

- Aucune régionalisation : la seule qui soit envisagée est à l’échelle de plusieurs états…

- Aucune prise en compte des problèmes réels rencontrés aujourd’hui par les pêcheurs dont les apports servent, avant tout, à nous nourrir : changement climatique, pollutions, réduction et dégradation des territoires de pêche…

Pas fous les députés, la réforme n’a pas moins de 93 amendements ! Affaire à suivre…

NB : de nombreux stocks sont en voie de restauration et se portent bien mais les études ne sont pas relayées par les médias. Quant aux thons rouges, ils pullulent toujours aux abords des côtes, se faisant prendre par accident dans des filets côtiers par des pêcheurs qui ne les ciblent pas. Citoyens, il reste encore des ressources alimentaires potentielles aux abords de nos côtes et des pêcheurs artisans qui savent les exploiter en préservant les territoires, à condition qu’ils aient toujours accès à leurs territoires…

NB bis Pour ceux qui pensent que l’Europe assure la protection de la toute petite pêche, sachez que les pointus de 4 m disposant d’une petite drague sont classés « industriels » et qu’une grande société d’armement qui armerait une flottille de bateaux de 11m99 qui écumeraient les côtes serait classée « artisanale ». Ce n’est donc pas une question de taille de bateau (ou d’âge du capitaine) mais bien de capital. Quant à l’exemple de la petite pêche méditerranéenne, probablement l’une des plus « artisanales » en Europe, à voir comment elle est minée – dans son essence même de pêche polyvalente – par des règlementations inadaptées concernant des engins ou des espèces spécifiques (thonaille, thon rouge, anguille, gangui, espadon…), l’on a du mal à croire que l’Europe préserve une pêche artisanale !




voir l'article complet -->>>

 

 


Locations of visitors to this page