Accueil du site
Coordination marée noire



envoyer l'article par mail envoyer par mail  [où ?]   [imprimer cet article]    Article précédent    Article suivant

   Les pêcheurs artisans s’opposent au Partenariat Mondial pour les Océans

Alain Le Sann
vendredi 26 avril 2013
statut de l'article : public
citations de l'article provenant de : L’Encre de Mer


Les mers, les océans, et la faune qui les habite, représentent une grande source de richesses qui mobilise Etats, ONGE (organisations non gouvernementales environnementalistes), fondations, multinationales de l’industrie et de la distribution, instituts de recherche…
La procédure mise en avant est libérale et conservationniste : l’accès aux ressources, quelles quelles soient, repose sur des droits privatifs et payants. A côté de ce marché potentiel de ressources, de grandes réserves intégrales sont prévues ou en cours (de la taille de la France dans le cas de Palau, un micro-état du Pacifique). Elles sont ouvertes, cependant, au tourisme, à l’extraction, aux forages, à l’éolien…

« Charting a course » (tracer une voie) : 36 grandes organisations participent à un atelier à Vancouver en nov. 2012. Il est envisagé des monopoles sur les droits de pêche au profit de mareyeurs et de transformateurs, tout comme « des campagnes d’éducation d’envergure pour dépasser la peur et le rejet initial de la gestion par les droits de pêche » (privatifs et capitalisables, s’entend).

Les communautés de pêcheurs artisans qui, partout dans le monde, vivent de la pêche et permettent à une grande part de la population mondiale de se nourrir en produits de la mer, ne sont pas associées à cette démarche. Elles en sont même les première exclues (hormis quelques cas rares, largement financés par les grandes fondations et servant d’alibi).
Les deux organisations mondiales de pêcheurs artisans, le WFF (Fish Harvesters and Fish Workers) et le WFFP (World Forum of Fisher Peoples), ont pris position contre ce Partenariat Mondial pour les Océans et les politiques de privatisation des ressources marines. Dans le même temps, la FAO élabore un programme de soutien à la pêche artisanale.
Ce sont deux visions bien différentes de l’exploitation et du partage des richesses de notre planète maritime.

Rapport complet : banque mondiale




voir l'article complet -->>>

 

 


Locations of visitors to this page