Accueil du site
Coordination marée noire



envoyer l'article par mail envoyer par mail  [où ?]   [imprimer cet article]    Article précédent    Article suivant

    Amoco-Cadiz. Le ciel nous tombait sur la tête

info Coordination marée noire
vendredi 14 mars 2008
statut de l'article : public
citations de l'article provenant de : Le Télégramme


Dimanche, cela fera 30 ans qu’un pétrolier libérien transportant 227.000 tonnes de pétrole brut s’échouait sur les roches de Portsall. Le monstre de 334 m de longueur giclait à la figure d’une population traumatisée. Le naufrage de l’Amoco-Cadiz déclenchera la plus grande marée noire par échouement jamais observée dans le monde (*). Le produit iranien est de la pire des viscosités. Il mettra deux bonnes semaines à dégueuler, souillant plus de 300 km d’un littoral jugé parmi les plus beaux et les plus sauvages d’Europe. Tout s’enchaîne après une avarie de gouvernail. L’Amoco ne répond plus aux sollicitations de son capitaine.

...

Révolte et mobilisation
La mobilisation sur le terrain sera à la hauteur de l’écœurement et de la révolte. Des milliers de militaires, de civils et d’anonymes aux cirés aussitôt souillés vont racler et ramasser tout ce qu’ils pourront. Première coopération du genre, des milliers de militaires allemands viennent prêter main forte aux milliers de bonnes volontés qui essayent d’effacer l’outrage. Avec des moyens de dépollution aussi basiques et limités, avec des seaux, des pelles ou leurs simples paluches.

Procès américain
Le procès mené aux Etats-Unis contre la société Amoco va durer 14 années ; les communes et l’État finiront par récupérer 1.257 millions de francs d’indemnités, soit à peine la moitié des sommes dépensées ou estimées en matière de préjudice. (*) En mars 1989, l’Exxon-Valdez s’éventre sur un rocher en Alaska et s’en approche avec ses 180.000 tonnes de brut.

...

Surveillance renforcée
Les créations du Cedre (lutte contre les pollutions) en janvier 1979, soit neuf mois après le naufrage, et du Cepol à la même date (la branche militaire d’action antipollution) découlent évidemment des enseignements de l’après-Amoco. On ne veut plus attendre les bras croisés sur son rocher.
On décide d’étendre la veille après le coucher du soleil. Le Cross Corsen voit le jour en 1981 et renforce considérablement le niveau de surveillance dans le secteur. Les plans de la tour de surveillance du Stiff, à Ouessant, sortent miraculeusement des tiroirs, après un long sommeil faute de moyens financiers. L’Amoco amorce également la pompe à pognon. L’action de l’État en mer, la force de sauvegarde maritime n’auront de cesse de se structurer.

...

Le système s’est amélioré mais...
Selon le capitaine au long cours Michel Bougeard, à l’époque embarqué comme lieutenant en passerelle d’un supertanker, « on a chargé à tort l’équipage très compétent du remorqueur allemand Pacific. Les conditions étaient très dures. Les marins de ce remorqueur, que l’on qualifiait déjà de saint-bernard des mers, ont subitement dégringolé de leur statut. Alors qu’ils étaient reconnus pour leur sérieux et leur efficacité, tout le monde leur est tombé dessus. Ils ont fait leur possible, mais leur remorqueur a manqué de puissance. Les causes du naufrage sont à chercher en amont. Le système s’est considérablement amélioré même s’il s’agit toujours de sécurité secondaire, d’intervention en dernier recours lorsque le risque de pollution est imminent », regrette ce farouche défenseur de la création d’une unité de garde-côtes, capables de renforcer, à ses yeux, la prévention et la sécurité globale des navires et des côtes.

...




voir l'article complet -->>>

 

 


Locations of visitors to this page