Accueil du site
Coordination marée noire


Accueil du site > documentation de la Coordination marée noire > La sécurité maritime a besoin d’un signal et d’actes forts

   [imprimer cette brève]
   

  La sécurité maritime a besoin d’un signal et d’actes forts

    lundi 5 avril 2004


Sécurité maritime

La commission a voté aujourd’hui le rapport de Didier Sterckx, après des semaines de débats et d’auditions. Le rapport réaffirme un certain nombre d’orientations générales indispensables à propos de la prévention, de la nécessaire mise en oeuvre de la législation européenne par les états membres ou encore des efforts nécessaires au niveau de l’OMI.
C’est la montagne qui a accouché d’une souris.

Au regard des questions soulevées par la catastrophe du Prestige, ce rapport n’a pas le courage politique d’affronter des questions majeures pour vraiment avancer dans le domaine de la sécurité maritime. Les amendements proposés notamment par le groupe GUE ont voulu rectifier cette carence mais pour l’essentiel ont été repoussés. Il en est ainsi de la proposition de faire payer les responsables, armateurs affréteurs propriétaires des chargements et sociétés de classification. La proposition de bannissement des pavillons de complaisance des eaux territoriales européennes n’a pas été retenue. Non plus celle qui estime que la qualification les conditions et temps de travail des marins doivent être harmonisées et revalorisées. La droite européenne est dans les paroles pour la sécurité maritime mais ne veut pas changer l’essentiel. C’est pour cette raison que mon vote final a été un vote d’abstention.

Cette abstention est un appel à l’intervention des salariés, des associations, des populations et des élus du littoral pour intervenir et peser avant le vote final en plénière.

Déclaration de Sylviane Ainardi membre de la commission temporaire sur la sécurité maritime

Bruxelles le 5 avril 2004

voir le projet de rapport (pdf)

voir les amendements proposés (pdf)