Accueil du site
Coordination marée noire
imprimé le Mercredi 30 Septembre 2020       




   Algues vertes : l’Anses recommande un ramassage dans les 48h après échouage

info Coordination marée noire
jeudi 7 juillet 2011
extraits
public

L’Agence de sécurité sanitaire de l’environnement (Anses) recommande de ramasser les algues vertes le plus rapidement possible après échouage pour éviter la putréfaction, et de doter les personnels d’un détecteur de sulfure d’hydrogène, voire d’équipements de protection.

La prolifération des algues vertes, un phénomène qui touche certaines côtes de Bretagne, du Cotentin et des Charentes, est principalement liée à des concentrations élevées de nitrates dans les eaux, apportés par les activités humaines, en particulier l’agriculture, et une configuration physique du littoral, rappelle l’Anses.

Selon Dominique Gombert, directeur de l’évaluation des risques, elles apparaissent dans des baies plates avec un bon ensoleillement et une forme de lessivage des nitrates à certaines périodes.

Du fait de la météo, il y avait relativement peu d’algues vertes l’an dernier, il y en a beaucoup plus cette année, et, selon lui, les installations de traitement ont peine à faire face.

Un plan national de lutte contre les algues vertes a été lancé après la mort d’un cheval et le décès suspect d’un salarié chargé du ramassage pendant l’été 2009. Saisie en février 2010 dans le cadre de ce plan, l’Anses avait publié de premières recommandations en juillet 2010, complétées par un rapport et un avis, rendus publics jeudi, après des expertises approfondies menées sur le terrain.

Lors de leur putréfaction, ces algues entraînent des dégagements importants de gaz, notamment de sulfure d’hydrogène, mais aussi une trentaine d’autres comme l’ammoniaque ou le formaldéhyde.

En conséquence, selon le rapport, le ramassage, le transport et la prise en charge des algues dans les centres de traitement doivent se faire le plus rapidement possible afin d’éviter que les algues ne se putréfient, avec une prise en charge ne dépassant pas les 48 heures après échouage. C’est la recommandation principale, souligne Dominique Gombert.

...

Pour les travailleurs, y compris les personnels saisonniers, l’Anses recommande le port d’un détecteur individuel portatif de sulfure d’hydrogène, et éventuellement des équipements de protection, avec des masques. Ces personnels doivent bénéficier d’une information et une formation adaptées et leurs expositions doivent être consignées dans leur dossier médical.

...




    Mots-clés :    algues vertes , ANSES - ex AFSSA, Agence française de sécurité sanitaire des aliments - , meta-économie , prévention , social , toxicité , meta-environnement  .