Accueil du site
Coordination marée noire
imprimé le Jeudi 9 Juillet 2020       




Repérée au large de la réserve naturelle, la nappe de 43 km² semblait se diluer hier soir

   Impressionnante pollution aux portes de Scandola

info Coordination marée noire
mardi 3 septembre 2013
extraits
public

C’est un hélicoptère de la direction interrégionale des Douanes de Méditerranée en patrouille de routine le long de la côte occidentale de la Corse qui a signalé hier en milieu de journée une immense tache au large de la réserve naturelle de Scandola. Au moment de sa découverte, la nappe déjà très étalée par l’action des vents et des courants, débutait au niveau de l’île de Gargalo, à l’entrée Nord du golfe de Porto, et se prolongeait jusqu’à la pointe de la Revellata, à l’entrée Ouest du golfe de Calvi ; son point de pollution le plus proche de la côte se situant à environ 6 milles nautiques (11 km). Une pollution impressionnante quant à ses dimensions - près de 43 km de long sur un kilomètre de large - mais dont les autorités maritimes ont très vite précisé que seulement 10 à 15 % de sa surface était constituée de produits polluants lourds ; le reste étant composé d’éléments volatils.

D’autre part, toujours selon la préfecture maritime, les simulations réalisées à l’aide de logiciels de prédiction météo indiquaient que durant les prochaines 72 heures, les vents dominants allaient l’éloigner du littoral, réduisant d’autant la probabilité qu’elle touche des zones littorales sensibles.

Dès l’information transmise au sous-CrossCorse par l’avion des Douanes, le nouveau préfet de Méditerranée, le vice-amiral d’escadre Joly, ordonnait au bâtiment d’assistance, de soutien et de dépollution Jason d’appareiller au plus vite d’Ajaccio où il est détaché durant l’été, afin qu’il se rende sur place et évalue la situation tout en effectuant des prélèvements susceptibles d’aider à identifier le produit concerné ; la préfecture se refusant cependant d’établir un lien de cause à effet avec un navire marchand qui aurait procédé à un déballastage "sauvage"en haute mer.

En début de soirée, le Jason ne constatait plus qu’une légère irisation de la mer ; la nappe étant en cours de dilution dans la colonne d’eau de mer. Une information accueillie avec beaucoup de soulagement par les gestionnaires de la zone protégée de Scandola mais également les élus locaux et plus encore les pêcheurs insulaires qui depuis des années profitent du fameux "effet réserve". D’une richesse extraordinaire, cette aire marine reste sous la menace permanente d’une catastrophe écologique majeure. Chaque année en effet, des centaines de navires ayant franchi les bouches de Bonifacio, remontent le long de la côte occidentale de la Corse pour rejoindre les grands ports pétroliers et chimiquiers, notamment celui de Marseille-Fos.




    Mots-clés :    BASD Jason , pollution , déballastage, rejet illicite , meta-environnement  .